Marie de France - Les Dous Amanz

 

Jadis avint en Normendie
une aventure mult oïe
de dous enfanz ki s’entramerent,
par amur ambedui finerent.
Un lai en firent li Bretun :
des Dous Amanz reçut le nun.

Veritez est qu’en Neüstrie,
que nus apelum Normendie,
a un halt munt merveilles grant :
la sus gisent li dui enfant.
Pres de cel munt a une part
par grant cunseil e par esguart
une cité fist faire uns reis
ki esteit sire des Pistreis,
e des Pistreis la fist numer
e Pistre la fist apeler.
Tuz jurs a puis duré li nuns ;
uncore i a vile e maisuns.
Nus savum bien de la cuntree

Que li vals de Pistre est nomee.


Li reis ot une fille, bele
e mult curteise dameisele.
Fiz ne fille fors li n’aveit ;
forment ramout e cherisseit.
De riches humes fu requise,
ki volentiers l’eüssent prise ;
mes li reis ne la volt doner,
car ne s’en poeit consirer.
Li reis n’aveit altre retur :
pres de li esteit nuit e jur ;
cunfortez fu par la meschine,
puis que perdue ot la reïne.
Plusur a mal li aturnerent ;
li suen meïsme l’en blasmerent.
Quant il oï qu’um en parla,
mult fu dolenz, mult l’en pesa.
Cumença sei a purpenser
cument s’en purra delivrer
que nuls sa fille ne quesist.
E luinz e pres manda e dist :
ki sa fille voldreit aveir,
une chose seüst de veir :
sorti esteit e destiné,
desur le munt fors la cité
entre ses braz la portereit,
si que ne s’i reposereit.

Quant la nuvele en est seüe
e par la cuntree espandue,
asez plusur s’i asaierent,
ki nule rien n’i espleitierent.
Tels i ot ki tant s’esforçouent
que en mi le munt la portoënt,
ne poeient avant aler :
iloec l’estut laissier ester.
Lung tens remest cele a doner,
que nuls ne la volt demander.

 

El païs ot un damisel,
fiz a un cunte, gent e bel.
De bien faire pur aveir pris
sur tuz altres s’est entremis.
En la curt le rei conversot,
asez suvent i surjurnot ;
la fille le rei aama,
e meinte feiz l’araisuna
qu’ele s’amur li otriast
e par druërie l’amast.
Pur ceo que pruz fu e curteis
e que mult le preisot li reis,
li otria sa druërie,
e cil humblement l’en mercie.
Ensemble parlerent sovent
e s’entramerent leialment,
e celerent a lur poeir

 

qu’um nes peüst aparceveir.
La sufrance mult lur greva ;
mes li vaslez se purpensa,
que mielz en volt les mals sufrir
que trop haster e dunc faillir.
Mult fu pur li amer destreiz.
Puis avint si qu’a une feiz
qu’a s’amie vint li danzels,
ki tant esteit e pruz e bels,
sa pleinte li mustra e dist.
Anguissusement li requist
que s’en alast ensemble od lui,
ne poeit mes sufrir l’enui.
S’a sun pere la demandot,
il saveit bien que tant l’amot
que pas ne li voldreit doner,
se il ne la peüst porter
entre ses braz en sum le munt.
La damisele li respunt :
’Amis’, fait ele, ’jeo sai bien,
ne m’i porteriëz pur rien ;
n’estes mie si vertuus.
Se jo m’en vois ensemble od vus,
mis pere avreit e doel e ire,
ne vivreit mie senz martire.
Certes tant l’eim e si l’ai chier,
jeo nel voldreie curucier.

 

Altre cunseil vus estuet prendre,
kar cest ne vueil jeo pas entendre.
En Salerne ai une parente,
riche femme est, mult a grant rente.
Plus de trente anz i a esté ;
l’art de phisike a tant usé
que mult est saive de mescines.
Tant cunuist herbes e racines,
se vus a li volez aler
e mes letres od vus porter
e mustrer li vostre aventure,
ele en prendra cunseil e cure,
Tels letuaires vus durra
e tels beivres vus baillera,
que tut vus recunforterunt
e bone vertu vus durrunt.
Quant en cest païs revendrez,
a mun pere me requerrez.
Il vus en tendra pur enfant,
si vus dira le cuvenant
qu’a nul hume ne me durra,
ja nule peine n’i metra,
s’al munt ne me peüst porter
entre ses braz senz reposer ;
si li otriëz bonement,
que il ne puet estre altrement.’
Li vaslez oï la novele
e le cunseil a la pucele ;
mult en fu liez, si l’en mercie.
Cungié demandë a s’amie.

 

En sa cuntree en est alez.
Hastivement s’est aturnez
de riches dras e de deniers,
de palefreiz e de sumiers,
De ses humes les plus privez
a li danzels od sei menez.
A Salerne vait surjurner
a l’ante s’amie parler.
De sa part li duna un brief.
Quant el l’ot lit de chief en chief,
ensemble od li l’a retenu
tant que tut sun estre a seü.
Par mescines l’a enforcié.
Un tel beivre li a baillié,
ja ne sera tant travailliez
ne si ateinz ne si chargiez,
ne li refreschisse le cors,
neïs les vaines ne les os,
e qu’il nen ait tute vertu,
si tost cum il l’avra beü.
Puis le remeine en sun païs ;
le beivre a en un vessel mis.

Li damisels joius e liez,
quant ariere fu repairiez,

ne surjurna pas en sa terre.
Al rei ala sa fille querre,
qu’il li donast : il la prendreit,
en sum le munt la portereit.
Li reis ne l’en escundist mie ;
mes mult le tint a grant folie,
pur ceo qu’il ert de juefne eage ;
tant produme vaillant e sage
unt asaié icel afaire,
ki n’en porent a nul chief traire.
Terme li a numé e mis.
Ses humes mande e ses amis
e tuz cels qu’il poeit aveir ;
n’en i laissa nul remaneir.
Pur sa fille e pur le vaslet,
ki en aventure se met
de li porter en sum le munt,
de tutes parz venu i sunt.
La dameisele s’aturna ;
mult se destreinst, mult jeüna
en sun mangier pur alegier,
qu’a sun ami voleit aidier.
Al jur quant tuit furent venu,
li damisels primiers i fu ;
sun beivre n’i ublia mie.
Devers Seigne en la praerie
en la grant gent tute asemblee
li reis a sa fille menee.
N’ot drap vestu fors la chemise.
Entre ses braz l’aveit cil prise.

 

La fiolete od tut sun beivre
(bien set qu’el nel volt pas deceivre)
en sa mein a porter li baille ;
mes jo criem que poi ne li vaille,
kar n’ot en lui point de mesure.
Od li s’en vait grant aleüre ;
le munt munta des i qu’en mi.
Pur la joie qu’il ot de li,
de sun beivre ne li membra ;
ele senti qu’il alassa.
’Amis’, fet ele, ’kar bevez !
Jeo sai bien que vus alassez.
Si recuvrez vostre vertu ! ’
Li damisels a respundu :
’Bele, jo sent tut fort mun quer !
Ne m’arestereie a nul fuer
si lungement que jeo beüsse,
pur quei treis pas aler peüsse.
Ceste genz nus escriëreient,
de lur noise m’esturdireient ;
tost me purreient desturber.
Jo ne vueil pas ci arester.’
Quant les dous parz fu muntez sus,
pur un petit qu’il ne chiet jus.
Sovent li prie la meschine :
’Amis, bevez vostre mescine ! ’
Ja ne la volt oïr ne creire,
A grant anguisse od tut li eire.
Sur le munt vint, tant se greva,
iluec cheï, puis ne leva :
li quers del ventre s’en parti.
La pucele vit sun ami,

quida qu’il fust en pasmeisuns.
Lez lui se met en genuilluns,
Sun beivre li voleit doner ;
mes il ne pout a li parler.
Issi murut cum jeo vus di.
Ele le pleint a mult halt cri.
Puis a geté e espandu
le vessel u li beivre fu.
Li munz en fu bien arusez ;
mult en a esté amendez
tuz li païs e la cuntree :
meinte bone herbe i unt trovee,
ki del beivre aveient racine.

Or vus dirai de la meschine !
Puis que sun ami ot perdu,
unkes si dolente ne fu.
De lez lui se culche e estent,
entre ses braz l’estreint e prent,
suvent li baise e uiz e buche.
Li duels de lui al quer la tuche.
Ilec murut la dameisele,
ki tant ert pruz e sage e bele.
Li reis e cil kis atendeient,
quant unt veü qu’il ne veneient,
vunt aprés els, sis unt trovez.
Li reis chiet a terre pasmez ;
quant pot parler, grant duel demeine ;
issi firent la genz foreine.
Treis jurs les unt tenuz sur terre.
Sarcu de marbre firent querre.

les dous enfanz unt mis dedenz.
Par le cunseil de celes genz
desur le munt les enfuïrent,
e puis a tant se departirent.


Pur l’aventure des enfanz
a nun li munz des Dous Amanz.
Issi avint cum dit vus ai ;
li Bretun en firent un lai.

Traduction

Jadis dans la Normandie il arriva une aventure bien connue de deux jeunes gens qui s’aimaient d’amour tendre, et qui moururent des suites de leur passion. Les Bretons en ont fait un Lai, nommé le Lai des Deux Amants.

 

Dans la Neustrie que nous appelons aujourd’hui la Normandie, est une grande et haute montagne où sont déposés les restes de ces tendres victimes[1]. Près cette montagne le roi des Pistréiens fit élever la capitale de ses états, et lui donna le nom de Pistres. Cette ville existe encore de nos jours ; on y remarque le château, des maisons particulières, et la contrée est nommée la Vallée de Pistres.

 

Le roi avait une très-belle fille dont l’heureux caractère et les qualités aimables l’avaient consolé de la perte d’une épouse chérie. Sa fille croissait en âge comme en beauté ; les gens de sa maison et ses sujets murmuraient de ce qu’il ne songeait pas à la marier. Le roi fut instruit des plaintes de son peuple ; et malgré le chagrin qu’il ressentit de se séparer d’une personne aussi chère, pour ne mécontenter aucun des nombreux prétendants à la main de sa fille, il fit proclamer dans ses états que celui qui, sans se reposer, porterait la princesse sur le sommet de la montagne, deviendrait son gendre. Dès que cette nouvelle fut répandue, il se rendit de tous côtés une foule de jeunes gens qui essayèrent en vain de remplir la condition imposée, mais inutilement. Les uns allaient au quart du chemin, les autres à la moitié ; enfin, rebutés de l’inutilité de la tentative, ils retournèrent tous chez eux. En sorte que la difficulté de l’entreprise fut cause que personne ne demanda la belle demoiselle.

 

Dans le pays était un jeune homme, fils d’un comte, beau, bien fait et vaillant ; il résolut de tenter l’aventure et d’obtenir la main de la fille du prince. Ses biens étant situés dans le voisinage de la Vallée de Pistres, il venait souvent à la cour du roi, y séjournait même ; ayant vu la jeune personne, il ne tarda pas à l’aimer et à devenir éperdument amoureux. Il pria souvent cette belle de vouloir bien répondre à ses sentiments. L’amitié que portait le roi au jeune comte, sa valeur, sa courtoisie, décidèrent la demoiselle en sa faveur. Tous deux cachaient avec soin leur amour, et le dérobaient aux yeux de tous. Leur souffrance s’accroissait chaque jour, lorsque le comte envisageant l’excès de ses maux, ne voulant rien hâter pour ne pas se perdre, vint trouver sa belle et lui dit : Si vous m’aimez, tendre amie, suivez mes pas, allons dans une autre contrée ; si je vous demande à votre père, connaissant l’amitié qu’il a pour vous, j’obtiendrai un refus ou bien il exigera que je vous porte au sommet du mont. Cher amant, je n’ignore pas que vous n’aurez jamais assez de force pour me porter à l’endroit désigné. Mais, si je vous accompagne dans votre fuite, pensez, je vous prie, au chagrin et au désespoir de mon père, qui en mourrait de chagrin. Certes, je l’aime trop pour vouloir empoisonner ses dernières années. Cherchez un autre moyen, celui-ci ne peut me convenir.

 

Écoutez, j’ai une parente fort riche à Salerne. Pendant plus de trente ans qu’elle a demeuré dans cette ville, elle a étudié et pratiqué la médecine, science dans laquelle elle est fort habile. Elle connaît à fond les vertus et les propriétés des herbes et des racines ; vous vous rendrez près d’elle avec mes lettres ; vous lui expliquerez le sujet de votre voyage. Ma tante vous fournira des conseils et des remèdes. Elle vous donnera des potions et des liqueurs qui en réconfortant, doubleront vos forces et votre courage. Sitôt que vous serez de retour, vous me demanderez à mon père ; je sais qu’il ne manquera pas de vous répéter les conditions qu’il a mises pour m’obtenir, et qui sont de me porter sur le haut de la montagne sans se reposer.

 

Le comte enchanté du conseil, remercie sa belle et prend congé d’elle pour le mettre à exécution. Il retourne dans ses états, fait ses préparatifs et part. Il emmène avec lui une grande suite, composée de plusieurs de ses amis, puis des chevaux de luxe et des bagages. Sitôt son arrivée à Salerne, il se rend chez la tante de son amie, et lui remet les lettres de sa nièce. Après les avoir lues et s’être enquise de l’objet de son voyage, la vieille fait prendre au jeune homme des remèdes réconfortants ; et avant son départ, elle lui remet une liqueur qui dissipe la fatigue à l’instant qu’on l’a prise, et qui rafraîchit le corps, les veines, les os. Dès qu’il a reçu ce précieux breuvage, le comte tout joyeux se remet en route, arrive chez lui, et ne tarde pas à se rendre auprès du roi pour lui faire la demande de sa fille, et lui offrir de la porter à l’endroit convenu. Le roi le reçut fort bien ; mais il pensa que le comte faisait une folie, qu’il était beaucoup trop jeune, qu’il échouerait sans doute dans une entreprise où tant de forts et vaillants hommes n’avoient pas réussi. Le jour est pris où notre amoureux doit tenter l’aventure ; chacune des deux parties invite ses amis et ses hommes à venir en voir l’issue. La curiosité en avait amené de tous les côtés. La jeune personne s’étoit soumise à un jeûne sévère, pour alléger son amant. Enfin, au jour convenu, le comte arrive le premier au rendez-vous, et ne manqua pas d’apporter avec lui la précieuse liqueur. La foule était rassemblée dans la prairie devant la Seine. Le roi vient suivi de sa fille, qui n’avait qu’une seule chemise pour vêtement. Le comte la prend aussitôt entre ses bras, et lui remet le vase qui contenait la liqueur dont il croit pouvoir se passer. Il avait d’autant plus de tort qu’il monta avec rapidité la moitié de la montagne. La joie qu’il ressentit lui avait fait oublier le remède dont il devait faire usage. La demoiselle observant que son amant faiblissait et ralentissait le pas, lui dit : Mon ami, vous êtes las, buvez, je vous prie, le breuvage vous rendra tout votre courage. Non, ma belle, je me sens encore plein de vigueur, et pour toute chose au monde, je ne m’arrêterais pas. En buvant je serais forcé de ralentir ma marche. Tout ce peuple se mettrait à crier, à m’étourdir de ses huées ; ces cris me troubleraient et je ne pourrais peut-être pas continuer ma route. En arrivant aux deux tiers de la course, le comte faiblissait encore davantage, la jeune fille le prie à plusieurs reprises d’avaler la liqueur. Il ne veut rien en faire, il s’anime en voyant le but de la carrière ; mais il y touchait lorsqu’il tomba épuisé de fatigue. La demoiselle pensant que son amant se trouvait mal, se mit à genoux pour lui faire prendre la liqueur qui devait lui rendre les forces. Il était trop tard, le malheureux avait rendu le dernier soupir. Elle pousse un cri, répand des larmes, et jette loin d’elle la bouteille qui contenait le remède. Depuis ce temps les herbes qui en ont été arrosées, sont devenues célèbres par les guérisons qu’elles ont faites.

 

La princesse au désespoir se jette sur le corps de son ami, elle le serre dans ses bras, lui baise les yeux et la bouche, enfin la douleur la fait tomber à côté de son amant.

 

Ainsi mourut une jeune demoiselle qui tout-à-la-fois était vertueuse, belle et bonne. Le roi et toute l’assemblée ne voyant point reparaître les deux amants, prennent le parti de gravir la montagne. Témoin de cet horrible spectacle, le roi perd l’usage de ses sens et ne les recouvre que pour plaindre son malheureux sort, exhaler son chagrin, qui fut partagé par tout le peuple.

Trois jours après l’événement on fit construire un cercueil de marbre, où furent renfermés les corps des jeunes gens. D’après les conseils de plusieurs personnes, ils furent déposés sur le haut de la montagne. Le peuple ne se sépara qu’après cette triste cérémonie. Depuis cette malheureuse aventure, le lieu où elle se passa fut nommé le Mont des Deux Amants. Ainsi que j’en ai prévenu, les Bretons ont fait un Lai de cette histoire.

 

Commentaires

1. Le jeudi 22 juillet 2021, 15:30 par Watch Free Porn Videos

<p>I was able to find good info from your blog posts.</p>

2. Le dimanche 25 juillet 2021, 16:56 par เรื่องเสียวxxx

Good post. I learn something new and challenging on sites I stumbleupon on a daily basis. It will always be interesting to read articles from other writers and use a little something from their sites.

3. Le mercredi 28 juillet 2021, 19:27 par หี

Right here is the perfect site for anybody who wants to understand this topic. You understand so much its almost tough to argue with you (not that I really will need to…HaHa). You certainly put a new spin on a topic that has been written about for years. Wonderful stuff, just excellent!

4. Le vendredi 30 juillet 2021, 16:41 par หนังโป๊เกาหลี

I say to you, I certainly get annoyed whilst folks consider issues that they plainly don’t recognize about. You controlled to hit the nail upon the top and outlined out the entire thing without having side effect , other folks can take a signal. Will probably be again to get more. Thank you!

5. Le mercredi 4 août 2021, 16:03 par หนังโป้

I need to to thank you for this excellent read!!I absolutely enjoyed every bit of it. I have you bookmarked to look at new stuff you post… go to my site: <a href="https://xn--42c6au3bb9ac1eo1a.com/">คลิปหลุดหี</a>

6. Le mercredi 4 août 2021, 17:07 par คลิปxxx

May I just say what a comfort to find an individual who genuinely knows what they are talking about online. You certainly understand how to bring an issue to light and make it important. A lot more people ought to read this and understand this side of the story. I was surprised you are not more popular because you most certainly have the gift. here is our blog: <a href="https://xn--42c6au3bb9ac1eo1a.com/">คลิปหลุดหี</a>

7. Le vendredi 6 août 2021, 17:53 par หนังโป้ญี่ปุ่น

This website was… how do youu say it? Relevant!!Finally I have found something which helped me. Cheers! here is our blog: <a href="https://xn--42c6au3bb9ac1eo1a.com/">คลิปหลุดหี</a>

8. Le samedi 7 août 2021, 17:27 par หนังโป๊หี

dong phuc khau trang: visit my site: <a href="https://www.xn--72c9ah5dd7a5a9g5c.t...">หนังx</a>

9. Le dimanche 8 août 2021, 12:07 par AVญี่ปุ่น

you are really a just right webmaster. The site loading paceis amazing. It sort of feels that you are doing any distinctive trick.In addition, The contents are masterwork. you have done a great activity in thismatter! here is our blog: <a href="https://xsxx.me/category/e0b8abe0b8...">หนังโป๊ไทย</a>

10. Le mercredi 11 août 2021, 10:21 par download free 3gp porno video

This paragraph gives clear idea designed for the new users of blogging, that in fact how
to do running a blog.

11. Le vendredi 13 août 2021, 05:16 par หี

Hello there! I could have sworn I've visited
your blog before but after going through a few of the
posts I realized it's new to me. Regardless, I'm definitely delighted I discovered it and I'll be book-marking it and checking
back frequently!

12. Le vendredi 27 août 2021, 00:54 par เว็บหวยออนไลน์

When some one searches for his vital thing, so he/she needs to be available that in detail, thus that thing is maintained
over here.

13. Le lundi 30 août 2021, 19:59 par ufabet168

Its like you read my mind! You seem to understand a
lot approximately this, like you wrote the guide in it or something.
I feel that you simply could do with a few % to drive the message home a little
bit, but instead of that, that is great blog.
A fantastic read. I will certainly be back.

14. Le dimanche 5 septembre 2021, 17:57 par pkv games

There is certainly a great deal to find out about this subject.
I really like all of the points you have made.

15. Le jeudi 9 septembre 2021, 11:02 par Ratulink

Hi, I think your blog may be having browser compatibility issues.
Whenever I look at your website in Safari, it looks
fine but when opening in IE, it has some overlapping issues.
I just wanted to give you a quick heads up!
Besides that, great website!

16. Le mercredi 15 septembre 2021, 04:57 par free bbs nude porno

It's going to be end of mine day, however before end I am reading this fantastic piece of writing to increase my experience.

17. Le jeudi 16 septembre 2021, 09:28 par betflik

You're so interesting! I don't think I've read
through anything like that before. So good to find
someone with genuine thoughts on this topic. Seriously..
thanks for starting this up. This site is something that is required on the web, someone with some originality!

18. Le vendredi 17 septembre 2021, 20:15 par ufabet เว็บตรง

Have you ever thought about including a little bit
more than just your articles? I mean, what you say is fundamental and all.

Nevertheless imagine if you added some great graphics or videos to
give your posts more, "pop"! Your content is
excellent but with pics and clips, this blog could certainly be one
of the best in its field. Wonderful blog!

19. Le vendredi 17 septembre 2021, 23:52 par เว็บแทงหวย

I visited many web pages except the audio quality for audio songs existing at this web site is really marvelous.

20. Le samedi 18 septembre 2021, 03:21 par เว็บหวย

I need to to thank you for this very good read!!
I absolutely enjoyed every bit of it. I've got
you book marked to look at new stuff you post…

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.poetik.fr/index.php?trackback/33

Fil des commentaires de ce billet