Juliette Lamber

adam.JPG, mai 2020
Juliette Lambert, épouse Adam, est une écrivainne du dix-neuvième siècle. Elle tint un salon fréquenté par de nombreux intellectuels et politique de son époque. S’y retrouvent Léon Gambetta, Adolphe Thiers,  Eugène Pelletan,  Edmond About, Louis Blanc, Alphonse Daudet, Camille Flammarion, Georges Clemenceau, l'éditeur Jules Hetzel, le poète Sully Prudhomme, Émile de Girardin, Gustave Flaubert, Victor Hugo, Guy de Maupassant, Ivan Tourguéniev.
 
MYOSOTIS OU L’AIMEZ-MOI.

Petite fleur dans un parterre
Minaudait en se balançant,
Et disait, tout bas, à la terre :
« Je voudrais mourir en t’aimant ;
» Mais je suis trop belle, vraiment,
» Et l’on me cueillera, ma chère.
» Car mon regard trahit ma foi,
» Et dit aux yeux fixés sur moi :
      » Cueillez-moi. »

Un coin du ciel, sur le parterre,
Aperçut le pied orgueilleux,
Et vit, non sans quelque colère,
Des yeux plus bleus que ses yeux bleus.
Il dit : « Ô fleur, couleur des cieux,
» Malheur à toi : ce soir, ma chère,
» Je te ferai, cueillir; ma foi!
» Tes compagnes diront sans toi :
    » Aimez-moi. »

Le soir même, près du parterre,
Deux beaux enfants se promenaient :
Mais Gaston partait pour la guerre,
Et les larmes d’Eva coulaient.
Quand leurs regards se confondaient,
On devinait l’amour sincère.
Que donner au cœur en émoi ?
Le ciel dit : « Pour gage de foi,
» Mes enfants, cueillez l’Aimez-Moi. »

Ajouter un commentaire

Le code HTML est affiché comme du texte et les adresses web sont automatiquement transformées.

La discussion continue ailleurs

URL de rétrolien : http://www.poetik.fr/index.php?trackback/4

Fil des commentaires de ce billet